• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

La princesse Kongo et Kimpa Vita, la prophétesse des Kongos: deux femmes au destin commun

 Les influences de Kimpa Vita dans les religions afro-americaines

En AMERIQUE

L'historien américain PETER WOOD dans son oeuvre NEGRO IN COLONIAL SOUTH CAROLINA FROM 1670 THROUGH THE STONO REBELION (New-York 1974), stipule que plus de 60% des esclaves de la Caroline du Sud étaient des Kongos. Ils avaient parait-il des qualités mystiques: c'était des hommes mystérieux, qui avaient la capacité de disparaitre mystiquement OU DE SE RETROUVER DANS PLUSIEURS ENDROITS A LA FOIS!

Le professeur JOHN THORNTON de l'Université de Pennlsylvanie a d'ailleurs confirmé que tous les esclaves chrétiens de la Caroline du sud s'étaient convertis dans la religion CATHOLIQUE, mais ensuite reconvertis dans celle de KIMPA VITA (cf John Thornton, « The congolese Saint Anthony », Cambridge University Press,1998). Le 9 Septembre 1739, en Caroline du Sud un esclave Kongo connu sous le nom de JEMMY fut à la tête d'un soulèvement d'esclaves connu comme « THE STONO REBELLION OF 9 SEPTEMBER 1739» , considéré comme LE PLUS GRAND SOULEVEMENT D'ESCLAVES DANS TOUTE L'HISTOIRE DE L'AMERIQUE DU NORD. C'était un dimanche jour de repos à côté de la Rivière Stono , situé a quelques kilomètres de la ville de CHARLESTON.

Ces esclaves avaient attaqué une cache d'armes; certains était des guerriers qui avait combattu dans la province de Mbamba et savaient donc manier les armes. Ils semèrent la terreur, brulèrent des maisons en criant « lukangu ou lucangu » un mot qui veut dire « fermer » , mais aussi « libérer », récité dans le Salve Antoniana, une prière du Bundu de Kimpa Vita.

Ces esclaves originaires du Kongo se réfugièrent ensuite en Floride, où les colons espagnols qui avaient promis la liberté aux esclaves d'Amérique, leurs donnèrent une terre en créant la ville de SANTA TERESA DE MOSE, PREMIERE VILLE DES NOIRS LIBRES DANS TOUTE L'HISTOIRE DE L'AMERIQUE DU NORD.

Il faut noter que c'est à partir de la révolution de Stono que les colons d'Amérique du Nord ont cessé d'importer des esclaves Kongos, en se tournant vers l'Afrique de l'Ouest, pendant presque une décennie. Ensuite, ce sont les Francais qui ramenèrent des esclaves Kongos en Louisiane.

A HAITI

On notera également que les REVOLUTIONNAIRES HAITIENS chantait en kikongo « KANGA MUNDELE, KANGA NDOKI » (enfermez ces Blancs, enfermez ces sorciers) des paroles que l'on retrouve également dans le Salve Antoniana, une prière de Mama Kimpa Vita. Ces révolutionnaires haïtiens avait infligé une défaite cuisante à l'armée napoléonienne, la plus puissante de l'époque. Pendant cette période révolutionnaire d'Haïti, on a beaucoup parlé d'un certain MAKANDALA, nom transformer par les occidentaux en MACK DAL.

Il fut un grand révolutionnaire d'origine Kongo qui avait exécuté un grand nombre de Français. Cette révolution donna naissance a la première république noire de l'histoire de l'humanité. Ce sont aussi les Haïtiens qui ont aidé SIMON BOLIVAR dans sa lutte contre les Espagnols. Et c'est du port de Jacmel en HAITI que les troupes de SIMON BOLIVAR s'élancèrent en 1816 vers les victoires et la libération du joug colonial espagnol de 5 pays d'Amérique Latine.

Le vaudoo d'Haïti: certains stipulent qu'elle est la symbiose de la pratique traditionnelle KONGO , YORUBA du NIGERIA, et FONS DU DAHOMEY (BENIN) , dans son folklore et sa pratique. On utilise souvent les PAKETS KONGO , TALISMAN EN TISSU pour la protection contre les forces négatives, on invoque les NSIMBI ( esprit eaux dont Kimpa Vita parlait lors de ses prédications). Dans la musique traditionnelle d'Haïti, on retrouve également un rythme appelé « YAYA TIKONGO » et le tambour « BONGA », d'origine Kongo.

En JAMAIQUE

En JAMAIQUE, la population noire est divisée en deux: les « Maroons Nation » et les « Kongo Nation » ou « Bongo Nation ». Les Maroons Nation sont originaires de l'Afrique de l'Ouest et parlent le 'kromanti', qui vient du Cormantin, parlé au Ghana. Les Maroons Nation sont concentrés dans les Blue mountain de la Jamaïque (cfr l'Histoire de Nanny des Maroons sur ce site), tandis que les Kongos Nation ou Bongos Nation sont concentrés dans l'est de la Jamaïque, et parlent une langue très similaire au Kikongo. Ces derniers sont les descendants des esclaves Kongos, arrivés en Jamaïque au 18 ème siècle.

Le rythme musicale des Kongo Nation de la Jamaïque est appelé « KUMINA », ou « KODONGO » . Leur drum s'appelle le « NGOMA », et ils l'utilisent pour invoquer les esprits des ancêtres. Leur musique s'appellent le « NYABINGHI » (cfr l'Histoire de Nyabinghi, Reine des Rastafari sur ce site). Les Kongo Nation, bien que plongés dans l' Universal Negro Catechism de MARCUS GARVEY, un Jamaïcain originaire des Maroon Nation, et aussi aux théories du Jah Rastafari HAILE SELASSIE, croient en la négritude de Jésus-Christ comme leurs ancêtres Kongos, qui eux ont acquis cette connaissance de mama Kimpa Vita.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home